Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 14:47

C’est cette satanée question qui le retenait dans le zéro-huit. Pourquoi l’une de ces femmes n’avait-elle pas fait l’objet de sévices sexuels ? Elle était très moche ? Avait-il été dérangé, interrompu ? Un second tueur, un mari trompé, un amant éconduit ou un ecclésiastique repentant avait-il pu profiter de la notoriété naissante du mode opératoire de « son » tueur pour masquer son propre crime ? Cette question avait fini par le hanter.

 

La veille, il était donc allé voir celui que la presse nationale avait eût vite fait de surnommer « l’équarrissoleur du nord », « le sang-lié des Ardennes », « le carolo-massacreur » ou encore «le Rasoir-back ». Les journaleux confondent souvent l’information et la promotion. L'information a un prix : celui des ventes.

Ce genre d’entrevue ne l’angoissait pas. Dans toutes les affaires qu’il avait eu à résoudre, il avait pu démonter pièce après pièce les mécanismes qui mènent à l’horreur. A chaque fois, il y avait trouvé les prémices d’une certaine forme de logique. Certes, il n’y souscrivait pas, mais au moins la comprenait-il dans une certaine mesure.

 

Cette constatation était passablement angoissante : comment assumer qu’on est en capacité de comprendre ce qui est au-delà du compréhensible ? Cela ne signifie-t-il pas qu’on est quelque part un peu pareil ? Comment se respecter quand on sait que l’unique différence entre ces monstres et soi-même est concentrée dans la fragilité d’un non-passage à l’acte ? Car enfin, combien de corps nus et offerts avait-il observé à ses côtés à la lueur blafarde d’un néon d’hôtel ? Combien de fois avait-il imaginé la facilité avec laquelle il pourrait ôter toute vie à ce corps chaud et encore tremblant des spasmes du désir ? Il avait même senti dans toute sa chaire le bienfait de la traversée du sentiment de pouvoir à imaginer le faire. Qu’est-ce qui faisait que ses fantasmes à lui, n’avaient jamais vomi sur sa réalité ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Rimbaud Warrior
commenter cet article

commentaires

poupoune 26/12/2010 23:27



pffff... le pouvoir de tuer une femme nue et confiante... tu parles d'un pouvoir ! Un ours en colère, OK, mais une femme alanguie ? Un fantasme, tout au plus...


;o)


Allez : la suite !



Jerome a.k.a. Seltzer 23/12/2010 15:12



Dramaturgie : faut un cliffhanger.


Exemple, à la fin de ton post :


"Et donc, il s'apprêtait à rencontrer le fameux équarrisseur. Il ouvrit la porte. Et ce qu'il vit le fit bondir en arrière ! "Mon Dieu ! Quelle horreur" hurla-t-il. Mais déjà l'équarrisseur
s'avançait vers lui..."


Post suivant, tu attaques :


"L'équarrisseur lâcha la télécommande : "c'est pas ce que tu penses, Bob !" mais on avait bien vu qu'il regardait en douce la dernière émission de Drucker."


Si je me permets, c'est que je suis sûr que toi et Stipe pouvez potentiellement trouver les meilleurs cliffhanger du web. ;-)



Rimbaud Warrior 24/12/2010 08:50



Oué ben c'est pas parce que c'est Noël qu'on peut faire croire n'importe quoi aux enfants.


Cela dit, je suis d'accord pour Stipe.


Pour ma part, sur ce texte, je sais ce que je veux dire, mais je laisse l'humeur du jour décider de la manière dont je vais le dire. C'est du texte brut, sans relecture, sans retouche. Je pense
qu'ensuite je reviendrai dessus pour le remodeler, le ciseler. En fait, je travaille toujours comme ça, mais je ne poste que l'aboutissement (enfin, quand je suis en forme).


En tous les cas, maintenant, j'ai une putain de pression : y'en a qui devraient être interdits de comms, j'vous jure !



Présentation