Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 21:57

Silvère fixait les photos collées aux murs décatis de son bureau. Curieusement, à force, l’ensemble finissait par constituer une mosaïque qui prenait sens.

Le sens.

C’est exactement ce qui lui échappait depuis le début de l’affaire. Pourtant, il avait de l’expérience : trente longues années à traîner son holster dans le 18ème au point que sa bite aurait pu le confondre avec son slip kangourou, ça compte un peu. Alors quand on lui avait dit qu’on lui confiait une affaire de meurtres en série à Charleville-Mézières, il avait fallu lui faire miroiter une jolie promotion pour le convaincre. Non pas qu’il eût été carriériste, mais là... Charleville-Mézières, merde !

Même Rimbaud, le poète aux semelles de vent n’avait fait qu’y naître et n’avait plus jamais voulu en entendre parler. Pour qu’il y revienne, il avait fallu l’y enterrer de force, les semelles devant, cette fois. C’est dire si personne ne s’attendait à y voir un jour des scène de rimes.

 

Il était donc deux heures du matin, un peu plus dans les Ardennes qu’ailleurs, et Silvère policier émérite de la criminelle du 18ème contemplait un mur de photographies d’étal boucher, en se disant qu’en prenant du recul, on aurait presque pu distinguer un champ de coquelicots au printemps peint par un Van Gogh en plein test de taser.

 

Toute ces chairs grandeur nature éparpillées au hasard de l’imagination filandreuse d’un malade mental ne l’émouvaient pas plus qu’un lepéniste dans un isoloir : la mort et la connerie ont en commun de faire partie intégrante de l’humain, la première étant le seul vrai remède à la seconde.

Et puis, il y a la télé. Comme les autres, Silvère aimait s’abrutir le cerveau en rentrant de sa journée de boulot. Il se plongeait dans le glauque pour sortir de l’immonde : à chacun ses bonheurs. D’ailleurs il s’était fait une certaine philosophie sur la question : il pensait que puisqu’elles faisaient tant d’émules, les émissions populaires étaient forcément faites pour les ânes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rimbaud Warrior
commenter cet article

commentaires

Mrs D 10/01/2011 15:43



Je m'en vais lire la suite!


 



poupoune 19/12/2010 16:35



ouais, mais bon, là, faut continuer, hein...



Rimbaud Warrior 22/12/2010 13:38



Pourquoi les femmes me disent toutes ça ?!



songe 18/12/2010 08:49



:-)



Présentation