Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 13:43

Les consignes :

 

Le sujet : Dois-je envoyer une carte de voeux à mon patron ?

- Les mots imposés :

Mésopotamie

Rabbin
Sapinette
Valorisation
Pré-menstruel
Asystolie
Acnée


- Les expressions imposées :

- "avoir une méchante infection nasale"
- "prendre ses jambes a son coup"
- "pèter dans la soie"
- "X-files était la meilleure série S.F des années 1990"

- " Non merci, vraiment non..."

 

 

Ma contribution :

 

 

Sapinette. C'était comme ça qu'on l'appelait depuis sa mémorable période acnée, sans qu'il ne sache vraiment pourquoi. Cela avait commencé à peu près en même temps qu'il ait compris qu'il ne pourrait avoir de rapports sexuels qu'avec des personnes consentantes de force. Petit, con et teigneux, son visage était à lui seul un succès damné du Mont Rushmore entièrement dédié à la gloire des tares qu'il collectionnait allègrement. A l'instar d'un Baron Rouge en pleine gloire : un bouton comédoneux consciencieusement affiché pour chacune d'elle. En raison des dégâts colatéraux prévisibles, jamais personne n'aurait eu l'idée de le giffler.

 

Malgré les multiples recommandations d'un rabbin flingueur de nazillons en asystolie prompts à péter dans la shoa, il ne résista pas longtemps à la frénétique pression boursière de son entre deux jambes. Ainsi, compte tenu de l'impossible valorisation de sa personne aux yeux de la gent féminine, même en période pré-menstruelle, et devant les incessants "non merci, vraiment non..." il comprit rapidement que s'il voulait éviter d'avoir une méchante infection nasale chronique consécutive au trop plein cumulé de sa pompe à gosses, il lui fallait développer une stratégie de contournement toute en finesse : le "développé-couché coercitif", technique ancestrale de la Mésopotamie inférieure, région intègre où l'on ne bourre qu'à la vue de l'hymen national et où l'on a du pétrole et des idées, mais pas que.

Ainsi, tapi dans l'ombre d'un doute, il attendait patiemment les proies croisées, les endormait avec une histoire à dormir debout comme quoi X-files était la meilleure série S.F des années 1990 mais que bon, ça vaut quand même pas le miel et les abeilles, les ré-endormait accessoirement avec du chloroforme parce que c'est plus coton, les ligotait, les traînait jusque dans son garage, les déshabillait, les amputait patiemment de leurs jambes pour pouvoir les rattrapper au cas où elles échapperaient à sa vigilance (d'où l'expression "prendre les jambes à son coup"... private joke, Henriette), cautérisait les plaies au barbecue et se vidait enfin le pressoir à mini-tétards.
Ben croyez-le ou non, une fois le premier picotement de l'ablation des jambes passé, inévitablement, les victimes soupiraient un rien agacées devant tant d'énergie débauchée au service d'un appât si ténu : "ça pinette, mon vieux, là... ça pinette : abrège". D'où.

"Alors ?... tu lui envoies une carte de voeux à Sapinette ou pas ?... C'est ton patron, quand même !" me sortit de mes pensées ma femme, du haut de son mètre de cul de jatte.

Je ne sais pas... j'hésite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rimbaud Warrior
commenter cet article

commentaires

Présentation